Retour à la source

11 juillet 2014

Abderrahmane Zenati : Beaucoup de souvenirs d’Oujda me chatouillent encore et encore.

DSC_0025

 
Beaucoup de souvenirs d’Oujda me chatouillent encore et encore. Beaucoup d’amis (es) et membres de ma famille, avec lesquels j’ai malheureusement des rapports espacés, me manquent terriblement.


Tant de choses me reviennent en pensée et me perturbent, au point de m’empêcher de prendre de la distance de cette ville que j’ai quittée volontairement. Et dans ces processus, c’est probablement une forme de nostalgies de ces rencontres dans les clubs culturels, de ces discussions entre amis (es) qui me manquent le plus.

En réalité, je n’arrive pas à exprimer tous ces manques que je ressens, et surtout pour quelle raison je les ressens du moment que je nage dans le bonheur de vivre et de la création artistiques dans ma nouvelle vie.


Oui, depuis que j’ai élu domicile à Saïdia, il y a plus de sept ans, je me sens heureux avec mon épouse Latifa Rbib. Celle qui, par amour pour moi, a tout quitté: son travail de cadre à Rabat et sa nombreuse famille à Casablanca. Avec elle, je me sens vraiment équilibré. J’ai rajeuni et je me sens plus propre dans le corps et dans l‘âme.

Oui, depuis que j’ai élu domicile à Saïdia, j’ai tourné la page sur un passé désordonnè. Un passé amoureux a la fois heureux et douloureux. C’était très dur, mais j’ai osé quitté ceux qui me sont chers de la manière la plus sereine possible que j’ai pu. La plus intelligente à mon sens. Sans casse et sans rancune. Mais n’empêche que ça laisse un goût âpre sur l’âme que la plume ne peut traduire et la langue ne peut dire.


Même si, aujourd’hui à Saïdia, je pense être sur la bonne voie de me reconstruire, parce que j’ai trouvé l’essentiel, parce que j’ai l’immense, l’infinie chance d’avoir des racines qui poussent, qui me permettent de m’ancrer.

Et pourtant, à vouloir devenir arbre, je plie encore comme le roseau, à la moindre brise, au moindre souffle, mais je ne casse pas, c’est probablement là que demeure toute ma force et ma volonté.

Je sais que la plupart des lecteurs et lectrices trouvent que j’écris d’une façon très égocentrique, c’est vrai que les billets sibyllins ne sont pas forcément les plus plaisants à lire, je m’en excuse, mais j’ai souvent besoin d’avoir un exutoire comme ce lieu qui me permet d’en parler, de partager et de classer dans ma tête toutes les choses, bonnes ou mauvaises, qui m’arrivent.


21 octobre 2013

Abderrahmane Zenati : Un monde de rêve et de réalité.


 

Je veux que le spectateur soit placé, non devant, mais dans mon oeuvre, qu'il pénètre à l'intérieur de mon monde. Un monde de rêve et de réalité. Un monde où le concret et l’abstrait cohabitent. Où la fantaisie de l’imagination et la beauté de la création priment.

Abderrahmane Zenati : les couleurs de la vie...

Abderrahmane Zenati est un homme modeste. Un vrai artiste Sa passion, sa force, il les exprime en peinture, par son toucher artistique  riche, coloré et généreux. Et en écriture, par sa sincérité et son audace à briser les tabous dans un pays, le sien, chevauchant entre le progrès et le fanatisme d'un autre âge.

Au-delà du cadre de ses toiles et de ses écrits, ce sont des touches d'amitié qu'il sème autour de lui. Abderrahmane Zenati s'est mis au vert à Saïdia, loin des vacarmes des grands villes. Et dans cette belle plage ensoleillée  du Maroc oriental où il vit toute l'année, il extrait avec sa plume et sa palette les couleurs de la vie .

.

Abderrahmane Zenati : Cinquante années de peinture.

Cinquante années de peinture.

 

 

Abderrahmane Zenati est  un  artiste peintre marocain contemporain actuellement très  apprécié des amateurs et collectionneurs d'art. Une exposition  de d’Abderrahmane Zenati mérite une visite, c'est un enchantement de couleurs et de bien-être... Regarder ses toiles, c'est pénétrer dans son intimité...' Abderrahmane Zenati est le peintre de la couleur et du bonheur.

05 octobre 2013

Catalogue des ouvrages de Zenati

 

 


Cinquante années de peinture.

 Abderrahmane Zenati est un artiste peintre marocain contemporain actuellement très  apprécié des amateurs et collectionneurs d'art. Une exposition d’Abderrahmane Zenati mérite une visite, c'est un enchantement de couleurs et de bien-être... 

 

 

IMG_061145

 

 

 

Retour des trois cavaliers cuivre sur bois. 250 x 122  ( disponile )

 

 

 Biographie

 

Sa langue maternelle c’est le dialectale marocain, il écrit ses ouvrages ( 63 édités) en langue de Molière... Pourtant, il n’a jamais, au grand jamais était en classe!…

Né le 14 juillet 1943 dans un milieu frôlant la misère, orphelin de père à l'âge de cinq ans, dès l'aube de son enfance, il se retrouva abandonné dans l'enfer de la rue, livré à lui-même, comme Gavroche de Victor Hugo et Rémi d'Hector Malot. 
 Au grès de ses pas, ventre affamé et tremblant de froid, il erra durant des années dans les rues et les terrains vagues.

« Pour survivre, je mangeais n'importe quoi, en fouillant dans les poubelles, parmi les chiens et les chats, dit-il dans son ouvrage « Goût de cendre ».  L'enfance triste et déchirée d'Abderrahmane Zenati n'a été bercée que par les rêves et les contes que lui narrait cheikh Tayeb, un vieux conteur populaire de "halka".


  A force de vivre dans la misère et la saleté, à douze ans, la tuberculose lui perfora les poumons et le cloua dans un lit de l'unique hôpital d'Oujda. C'est là, face à la bonté des infirmiers et aux discussions profondes avec les malades, qu'il a pris conscience de la réalité de sa vie.

Tous ces échanges variés lui faisaient vivre intensément un espoir à travers l'humain de chacun. Lui, qui, jusque-là, ne se souciait seulement que de manger pour survivre l'heure présente, la pensée de savoir de quoi son lendemain serait fait, avait soudain germé dans ses pensées. Et seul, par instinct, il se mit à gribouiller avec des crayons de couleurs des dessins sur n'importe quel papier lui tombant sous la main.


 Grâce à une boite de gouache offerte par l'infirmière française, madame Michèle, avec passion il s'initia à la peinture et puis, bientôt à la lecture à l'écriture. A dix-huit ans, grâce à l'appui du docteur Sauvaget, un ancien médecin militaire, chef de l'hôpital d'Oujda, il fut recruté comme aide soignant à la Santé Publique.

 

Fertilité cuivre sur bois. 90 x 90  ( disponile )

 


 

Retour des deux cavaliers cuivre sur bois. 122 x 122  ( disponile )

 

Retour des trois cavaliers cuivre sur bois. 122 x 122  ( Disponible)

 

+215058_1758951210965_1154558886_31670397_3238457_n

Rêve bleu cuivre sur bois. 90 x 90  ( disponile  )

 

Articles et revues de presse

 

 " L’œuvre de Abderrahmane Zenati est chargée de cet optimisme qui est indispensable au développement de la création.  Certains se demandent:  Zenati est-il peintre ?  Est-il écrivain ?... Il est les deux à la fois... Et ce fait  le porte au sommet de son art et de sa création.  Comme tous les artistes du monde, cet artiste marocain est un résistant, c'est un défenseur de la liberté créatrice. Réalisme dans ses écrits et utopie fantaisiste  dans ses peintures guident sa main. Il est toujours pressé. Il peint vite et il écrit vite. 63 ouvrages édités et des centaines de toiles à travers le monde.  " Il y a tant de choses à peindre, à écrire et la vie est si courte", dit-il souvent.

 Abderrahmane Zenati a tout pour être le leader des artistes peintres dans sa région du Maroc Oriental. Il fut le premier à exposer ses ouvrages dès les années 50. Et puis il possède le don et une volonté de fer.  Quand on a la chance de pouvoir le regarder peindre, il nous semble que tout ce qu'il réalise est facile. Il travail avec aisance et adresse surprennentes.  Pudique, assez timide, il est beaucoup plus à l'aise dans la solitude de son atelier que dans une performance en public..."


Florence Jobert

9120_1172969801796_1154558886_30494895_7561819_a

Trois musiciens cuivre sur bois. 122 x 1m  ( disponile  à la vente)

Emeraude cuivre sur bois. 90 x 90  ( disponile  à la vente)

 

 

 

Cavaliers du soir cuivre sur bois. 250 x 122  ( disponile )

 

 

 Prière cuivre sur bois. 122 x 1m  ( disponile )

 

" Abderrahmane Zenati peut passer du figuratif à l’abstrait… Les deux styles seront chargés de tendresse, d'amour. Regardez  cet artiste dans les yeux. Vous verrez,  il  aime vous écouter, il aime discuter avec vous… Il vous aime !

Abderrahmane Zenati aime la vie, aussi cruelle soit-elle pour lui à certaines moments. Il aime sa famille, ses amis et son public comme il aime l'Art. Il aime raconter l'histoire de sa ville, de son pays... il aime se raconter. Ecoutez-le et il vous fait voyager dans le temps, son imagination éclate, déborde, éclabousse …Il vous télescope dans la vie de ses personnages d'hier et d'aujourd'hui... Je pourrais noircir des pages et des pages sur Abderrahmane Zenati et son oeuvre, tellement il m'avait surprise, étonnée, ce fut comme un coup de foudre... Je suis sûr que Abderrahmane Zenati, à travers ses créations, il  nous étonnera encore et encore, si Dieu lui prête vie …"

Fatima-Zohra Byad.

 

 

 Les arcades cuivre sur bois. 150 x 122  ( disponile )

 

 

 

Moussem cuivre sur bois. 122 x 1m ( disponile )

 

http://zenati.blogs.letelegramme.com/media/00/00/842701121.jpeg

 

Prière du vendredi  cuivre sur bois. 150x 122  ( disponile )

 

 

Moussem bleucuivre sur bois. 122 x 1m  ( disponile )

 

Musiciens rouge cuivre sur bois. 122 x 1m  ( disponile )

 

Symphonie cuivre sur bois. 90 x 90 ( disponile )

 

Abderrahmane Zenati peut passer du figuratif à l’abstrait… Les deux styles seront chargés de tendresse, d'amour. Regardez  cet artiste dans les yeux. Vous verrez,  il  aime vous écouter, il aime discuter avec vous… Il vous aime !

Abderrahmane Zenati aime la vie, aussi cruelle soit-elle pour lui à certaines moments. Il aime sa famille, ses amis et son public comme il aime l'Art. Il aime raconter l'histoire de sa ville, de son pays... il aime se raconter. Ecoutez-le et il vous fait voyager dans le temps, son imagination éclate, déborde, éclabousse …Il vous télescope dans la vie de ses personnages d'hier et d'aujourd'hui... Je pourrais noircir des pages et des pages sur Abderrahmane Zenati et son oeuvre, tellement il m'avait surprise, étonnée, ce fut comme un coup de foudre... Je suis sûr que Abderrahmane Zenati, à travers ses créations, il  nous étonnera encore et encore, si Dieu lui prête vie …

Fatima-Zohra Byad.


L'oeuvre de Abderrahmane Zenati s'inscrit entre l'Art brut et l'Art contemporain. Cet autodidacte marocain a l'audace dans le trait, dans la forme et les couleurs. Il a la spontanéité dans les idées, dans les histoires qu'il nous raconte à travers ses nombreux ouvrages. C'est un peintre narratif. Sa source d'inspiration, c'est sa propre vie, c'est sa grande culture, où il puise ; mythologies, revues et corrigées par ses soins ; histoires populaires de son enfance, de son pays. Il peint avec une fougue guerrière.

Charles Gautier.

 

 

20130621_182405-1

Triptique vert   cuivre sur bois. 150 x 120  ( disponile )

 

 

20130621_182303-1Fierté  cuivre sur bois. 120 x 80 ( disponile )

 

20130621_182323-1

Moussem sous le soleil cuivre sur bois. 120 x 90 ( disponile )

20130621_182356-1Tryptique rouge  cuivre sur bois. 90 x 90 ( disponile )

 

20130621_182509-1

Moussem du soir cuivre sur bois. 90 x 90 ( disponile )

 

20130621_182518-1-1La foule sur bois. 120 x 90 ( disponile )

 

 

20130621_182526-1

 Petit Moussem  cuivre sur bois. 120 x 50 ( disponile)

IMG_0613

Arcade bleu cuivre sur bois. 150 x 122 ( disponile )

 

20130621_182840-1

Prière sous le soleil  cuivre sur bois. 120 x 1m ( disponile)

 

Si VOUS SOUHAITEZ ACQUERIR UNE OEUVRE ORIGINALE  OU UNE OEUVRE SUR MESURE.

CONTACT DIRECT :


Abderrahmane Zenati B.P. 338 Poste de Saïdia Maroc


Tel : (212) 0661829262


abderrahmanezenati@yahoo.fr

 

 


03 octobre 2013

Abderrahmane Zenati : Est-il possible de vivre au Maroc de son art ?

 

ABDERRAHMANE ZENATI

Sa langue maternelle c’est le dialectale marocain, il écrit ses ouvrages ( 63 édités) en langue de Molière... Pourtant, il n’a jamais, au grand jamais était en classe!…

 

 

IMG_061145

 Né le 14 juillet 1943 dans un milieu frôlant la misère, orphelin de père à l'âge de cinq ans, dès l'aube de son enfance, il se retrouva abandonné dans l'enfer de la rue, livré à lui-même, comme Gavroche de Victor Hugo et Rémi d'Hector Malot. 

 

 

 

Retour des trois cavaliers cuivre sur bois. 250 x 122  ( disponile  à la vente)

 

 Au grès de ses pas, ventre affamé et tremblant de froid, il erra durant des années dans les rues et les terrains vagues. « Pour survivre, je mangeais n'importe quoi, en fouillant dans les poubelles, parmi les chiens et les chats, dit-il dans son ouvrage « Goût de cendre ».  L'enfance triste et déchirée d'Abderrahmane Zenati n'a été bercée que par les rêves et les contes que lui narrait cheikh Tayeb, un vieux conteur populaire de "halka"

 

 

Fertilité cuivre sur bois. 90 x 90  ( disponile  à la vente)

 

 . A force de vivre dans la misère et la saleté, à douze ans, la tuberculose lui perfora les poumons et le cloua dans un lit de l'unique hôpital d'Oujda. C'est là, face à la bonté des infirmiers et aux discussions profondes avec les malades, qu'il a pris conscience de la réalité de sa vie. Tous ces échanges variés lui faisaient vivre intensément un espoir à travers l'humain de chacun. Lui, qui, jusque-là, ne se souciait seulement que de manger pour survivre l'heure présente, la pensée de savoir de quoi son lendemain serait fait, avait soudain germé dans ses pensées. Et seul, par instinct, il se mit à gribouiller avec des crayons de couleurs des dessins sur n'importe quel papier lui tombant sous la main.

 

Retour des deux cavaliers cuivre sur bois. 122 x 122  ( disponile  à la vente)

 

 Grâce à une boite de gouache offerte par l'infirmière française, madame Michèle, avec passion il s'initia à la peinture et puis, bientôt à la lecture à l'écriture. A dix-huit ans, grâce à l'appui du docteur Sauvaget, un ancien médecin militaire, chef de l'hôpital d'Oujda, il fut recruté comme aide soignant à la Santé Publique.

Retour des trois cavaliers cuivre sur bois. 122 x 122  ( disponile  à la vente)

 

+215058_1758951210965_1154558886_31670397_3238457_n

Rêve bleu cuivre sur bois. 90 x 90  ( disponile  à la vente)

 9120_1172969801796_1154558886_30494895_7561819_a

Trois musiciens cuivre sur bois. 122 x 1m  ( disponile  à la vente)

Emeraude cuivre sur bois. 90 x 90  ( disponile  à la vente)

 

Articles et revues de presse

 

 

L’œuvre de Abderrahmane Zenati est chargée de cet optimisme qui est indispensable au développement de la création.  Certains se demandent:  Zenati est-il peintre ?  Est-il écrivain ?... Il est les deux à la fois... Et ce fait  le porte au sommet de son art et de sa création.  Comme tous les artistes du monde, cet artiste marocain est un résistant, c'est un défenseur de la liberté créatrice. Réalisme dans ses écrits et utopie fantaisiste  dans ses peintures guident sa main. Il est toujours pressé. Il peint vite et il écrit vite. 63 ouvrages édités et des centaines de toiles à travers le monde.  " Il y a tant de choses à peindre, à écrire et la vie est si courte", dit-il souvent.

 Abderrahmane Zenati a tout pour être le leader des artistes peintres dans sa région du Maroc Oriental. Il fut le premier à exposer ses ouvrages dès les années 50. Et puis il possède le don et une volonté de fer.  Quand on a la chance de pouvoir le regarder peindre, il nous semble que tout ce qu'il réalise est facile. Il travail avec aisance et adresse surprennentes.  Pudique, assez timide, il est beaucoup plus à l'aise dans la solitude de son atelier que dans une performance en public..."


Florence Jobert

 

Cavaliers du soir cuivre sur bois. 250 x 122  ( disponile  à la vente)

 

 

 Prière cuivre sur bois. 122 x 1m  ( disponile  à la vente)

 Les arcades cuivre sur bois. 150 x 122  ( disponile  à la vente)

 

 L'oeuvre de Abderrahmane Zenati s'inscrit entre l'Art brut et l'Art contemporain. Cet autodidacte marocain a l'audace dans le trait, dans la forme et les couleurs. Il a la spontanéité dans les idées, dans les histoires qu'il nous raconte à travers ses nombreux ouvrages. C'est un peintre narratif. Sa source d'inspiration, c'est sa propre vie, c'est sa grande culture, où il puise ; mythologies, revues et corrigées par ses soins ; histoires populaires de son enfance, de son pays. Il peint avec une fougue guerrière.

Charles Gautier.

 

Moussem cuivre sur bois. 122 x 1m ( disponile  à la vente)

 

http://zenati.blogs.letelegramme.com/media/00/00/842701121.jpeg

 

Prière du vendredi  cuivre sur bois. 150x 122  ( disponile  à la vente)

 IMG_0737

Abderrahmane Zenati peut passer du figuratif à l’abstrait… Les deux styles seront chargés de tendresse, d'amour. Regardez  cet artiste dans les yeux. Vous verrez,  il  aime vous écouter, il aime discuter avec vous… Il vous aime !

Abderrahmane Zenati aime la vie, aussi cruelle soit-elle pour lui à certaines moments. Il aime sa famille, ses amis et son public comme il aime l'Art. Il aime raconter l'histoire de sa ville, de son pays... il aime se raconter. Ecoutez-le et il vous fait voyager dans le temps, son imagination éclate, déborde, éclabousse …Il vous télescope dans la vie de ses personnages d'hier et d'aujourd'hui... Je pourrais noircir des pages et des pages sur Abderrahmane Zenati et son oeuvre, tellement il m'avait surprise, étonnée, ce fut comme un coup de foudre... Je suis sûr que Abderrahmane Zenati, à travers ses créations, il  nous étonnera encore et encore, si Dieu lui prête vie …

Fatima-Zohra Byad.

 

Moussem bleucuivre sur bois. 122 x 1m  ( disponile  à la vente)

 

Musiciens rouge cuivre sur bois. 122 x 1m  ( disponile  à la vente)

 

Symphonie cuivre sur bois. 90 x 90 ( disponile  à la vente)

 

 

 

 

 

20130621_182405-1

Triptique  cuivre sur bois. 150 x 120  ( disponile  à la vente)

 

 

 

 

20130621_182303-1Fierté  cuivre sur bois. 120 x 80 ( disponile  à la vente)

 

20130621_182323-1

Moussem sous le soleil cuivre sur bois. 120 x 90 ( disponile  à la vente)

20130621_182356-1Tryptique rouge  cuivre sur bois. 90 x 90 ( disponile  à la vente)

 

20130621_182509-1

Moussem du soir cuivre sur bois. 90 x 90 ( disponile  à la vente)

 

20130621_182518-1-1La foule sur bois. 120 x 90 ( disponile  à la vente)

 

 

20130621_182526-1

 Petit Moussem  cuivre sur bois. 120 x 50 ( disponile  à la vente)

IMG_0613

Arcade bleu cuivre sur bois. 150 x 122 ( disponile  à la vente)

 

20130621_182840-1

Prière sous le soleil  cuivre sur bois. 120 x 1m ( disponile  à la vente)

 


ŒUVRES DÉJÀ PARUES DU MÊME AUTEUR
Les Cigognes reviendront-elles à Oujda ?
Mémoire de la Fourmi.
Vol de la Fourmi.
La Déchirure.
L’Aube des Maudits
Le retour du bigame
Marjana
La seconde épouse
La maison en face
Tamoula
Paroles de fous
Al hogra
La Vallée des Oliviers
Un Homme Simple
Paroles Étranglées
L’Homme en Colère
Adieu Oujda, ma bien-aimée
L’Homme d’Amérique
Mon ami Tchita le juif
De la Haine en Héritage
Confidences d’un âne de l’Oriental
Haffou le fou
La Malédiction d’Allah
Le Vent de l’Est s’arrête à Figuig
Un Homme Presque Parfait
Ces hommes fous de l’Oriental
Des Mots à la place du pain
Le Fou de Sarah
Le Chemin de l’Enfer
Khalti Fatna
La Vallée Oubliée
Goût de cendre
Crépuscule des Anges
Nous n’irons pas tous au Paradis
Le cri de l’agneau
Merguez et Harissa
Grain de sable
Un dimanche à Saïdia
Le mal de l’absence

 Pour reserver une peinture ou se procurer un de ces livres, non disponible dans le commerce, contactez directement l’auteur :

Abderrahmane Zenati
B.P. 338 Poste de Saïdia Maroc
Tel : (212) 0661829262

Écrivez-lui et il vous adressera par e-mail les premiers chapitres d'un ouvrage que vous aimeriez découvrir :

abderrahmanezenati@yahoo.fr

 


 


 

30 septembre 2013

Abderrahmane Zenati : Le grand moussem annuel de Saïdia. 2013

 

DSC_0066

 La ville de Saïdia  a vécu ce  lundi 30 septembre 2013, l'édition de son  moussem 2013.  


Ce matin donc, comme chaque  année à la même époque, mon appareil photo en poche, j’ai quitté mon atelier vers 10 heures pour vivre ce moussem et prendre quelques photos de Fantasia.


File:Fantasia Mostaganem 28-05-2008 (21)a.jpg

 

Pour rien au monde je ne rate ce rendez-vous annuel religieux, culture, artistique, folklorique et  commerciale.

 

DSC_0105

 

Pour la petite histoire, personne ne sait exactement de quand date cette manifestation, initiée depuis des années par la tribu des Oulad Mansour et des autres tribus avoisinantes. 

 

DSC_0180

DSC_0126

 

Pour ceux qui le savent pas, la fantasia désigne différents spectacles équestres traditionnels simulant des assauts militaires, pratiqués essentiellement au Maroc, ,, en Algérie où elle est appelée « jeu de la poudre » ou « jeu des chevaux ». Elle prend le plus souvent la forme d’évolutions équestres au cours desquelles des cavaliers, munis de fusils à poudre noire et chevauchant des montures richement harnachées, simulent une charge de cavalerie dont l’apothéose est le tir coordonné d’une salve de leurs armes à feu. Elle peut en outre, selon les régions, être exécutée à dos de dromadaire ou à pied. La fantasia accompagne le plus souvent les fêtes importantes (mariages, naissances, fêtes religieuses, etc.), même si l’aspect touristique l’emporte largement

 

 

 

Fantasia a Esaouira Maroc - - Vos plus belles photos de chevaux

Fantasia a Esaouira Maroc - - Vos plus belles photos de chevaux

Fantasia a Esaouira Maroc - - Vos plus belles photos de chevaux

 

Le souk semble en avance sur les festivités.

 

 

 

 

 Le couscous typique de la région, bien épicé, est offert à gogo en offrande à tous les visteurs  marocains et étrangers.


DSC08434

 

DSC08436

 Photo0386

DSC_0184

DSC_0195

 Cette année encore, l'aspect religieux tient une place de choix dans la programmation du Moussem, en témoignent les prières collectives et la lecture intégrale du coran.

 

DSC_0162

 

 

 

26 septembre 2013

Abderrahmane Zenati : La peinture c'est ma passion et ma raison de vivre.

 

 

Depuis mon enfance à Oujda, la peinture c'est ma passion et ma raison de vivre. Actuellement, depuis que j'habite à Saïdia, j"ai le corps revitalisé, réénergisé et je vis dans un état de calme absolu où je retrouve toute mon inspiration et mon plaisir de peindre. Dans mon univers mouvementé par ma passion, j'ai trouvé à Saïdia, cette "perle bleue", comme la nomment les estivants, mon petit coin de paradis, la tranquillité d'esprit et la paix nécessaire à la méditation et à la création.

Je me promène souvent avec ma chienne Lola durant des heures le long de la plage immense et vide en cette saison..... En été, il y a trop de vacanciers, trop de cris, trop de mouvement, trop de vie pour cet espace tant apprécié par les estivants....

Dans ma promenade solitaire, j'aime le calme, écouter les rires des mouettes, ramasser des coquillages sur le sable fin et les vieux morceaux de bois jetés par la mer dans la frange d’écume au bord du rivage...

J'aime sentir sur mon visage la caresse du vent et les gouttes de la mer arrachées par le vent aux vagues montantes.

Tout en marchant, de temps à autre, je m’immobilise face à la beauté de la mer et je contemple l’ensemble de l'espace vaste, écrasant, grandiose et je me sens si heureux devant toute cette étendue démesurément offerte à ma vue.

 

Puis, je m'éloigne de la rive... parfois, je passe un bon moment à boire du thé à la menthe et à discuter avec les marchands des fruits et légumes dans leurs boutiques du petit souk de la vieille médina. Avec ces gens simples, si humbles et généreux, je ressens une immense joie de vivre à Saïdia... Une joie d'exister et de créer qui donne du cœur et de l'élan.

Le plus souvent je m'isole dans mon salon et je passe de longues heures à lire et à écrire dans un silence et une tranquillité absolue.

Lorsque je suis dans mon atelier, face à mes toiles, l'inspiration me vient instantanément, mais j'aime peindre surtout les petits matins avant et après le lever du soleil. En ces moments-là, je laisse jaillir mon envie en obéissant à mon imagination et à mon instinct et je peins durant des heures sans m’arrêter. Je fais gicler des couleurs rouge, bleue, verte noire et grise, comme le gris de ma vie, de la vie et du monde... Moi qui n'arrive pas à effacer les hématomes de la vie de la femme que j'aime...

Pour moi, je pense, être artiste, c'est utiliser dans ses motifs et sa création ce que nous dicte notre imagination, c'est utiliser ses propres rêves, ses pensées profondes, ses émotions, ses peurs et ses angoisses ...

N'ayant personnellement jamais été dans une école des Beaux-Arts, je suis devenu artiste par la fragilité de l'existence, par les hasards de la destinée.

 

Je pense qu'on nait artiste, on ne le devient pas. même en suivant des cours dans des écoles spécialisées. Une école apprend à ses étudiants juste à peindre et à dessiner en éduquant l’œil et la main, mais souvent, une toile de ces étudiants, aussi perfectionnée soit-elle, reste sans état d'âme. Lorsqu'on est artiste, on l'est au plus profond de soi , on est artiste à chacune des secondes de son existence, cela ne s'apprend dans aucun livre,cela ne s'improvise pas .

Mes peintures sont d'un style personnel et particulièrement art-deco... Elles sont dépouillées de toute superficialité, disent tout en peu de traits bien placés et nous montrent la voie de l'essentiel... La technique est direct, touche par touche, sans mélange sur la palette. La plupart de mes créations cherchent à conjuguer l'esthétique et le geste spontané. Ma peinture est pour moi le moyen d'exprimer un bonheur empreint de simplicité et d'élégance. Il ne suffit que de regarder et de se laisser aller à rêver. Ma peinture ne s'explique pas, elle est ressentie ou pas...

Abderrahmane Zenati : MARJANA

 


  1. 2266245345_1
     
    Extrait


    "... J’ai examiné encore une fois ma silhouette et me suis déclaré satisfait. Aussitôt que j’ai mis ma cravate, pris mon appareil photo, mon bloc-notes, je me suis rendu au salon de l’hôtel pour boire un café et attendre ma bien-aimée Marjana qui devait venir me chercher…

    J’ai pris sur la table un magazine vieux de plusieurs jours et j’ai commencé à le lire, mais je n’arrivais pas à me concentré. Je pensais tout le temps J’ignorais si Marjana sortait avec moi par simple ennui et désœuvrement ou si elle était vraiment amoureuse. Femme mariée, je ne lui posais jamais aucune question sur sa vie privée, elle non plus n’était pas curieuse.

    J’ai allumé une cigarette et en attendant mon rendez-vous, j’ai repris ma lecture du vieux magazine. Comme le train de ce matin entre Casablanca et Oujda, ma bien-aimée Marjana avait presque deux heures de retard. Je me demandais si elle allait venir!

    Depuis belle lurette, je ne me faisais plus d’illusion sur cet amour. J’avais plus de soixante ans et Marjana en avait moins de cinquante.

    L’éclat de ma beauté de jadis à été considérablement atténué. Pour moi, l'art et le plaisir de la séduction c’était un passé lointain.

    Ma bien-aimée Marjana avait autrefois remporté le second prix au concours de beauté à Saïdia. Avec l’expérience acquise depuis, et si elle avait su mieux manœuvrer avec deux ou trois membres du jury, et surtout avec le gouverneur et le pacha de l’époque, comme l’avait fait la gagnante, elle aurait été classée non point seconde, mais première..."
     

     

Abderrahmane Zenati : Marjana

  1.  
     MARJANA
    Extrait


    "... J’ai examiné encore une fois ma silhouette et me suis déclaré satisfait. Aussitôt que j’ai mis ma cravate, pris mon appareil photo, mon bloc-notes, je me suis rendu au salon de l’hôtel pour boire un café et attendre ma bien-aimée Marjana qui devait venir me chercher…

    J’ai pris sur la table un magazine vieux de plusieurs jours et j’ai commencé à le lire, mais je n’arrivais pas à me concentré. Je pensais tout le temps J’ignorais si Marjana sortait avec moi par simple ennui et désœuvrement ou si elle était vraiment amoureuse. Femme mariée, je ne lui posais jamais aucune question sur sa vie privée, elle non plus n’était pas curieuse.

    J’ai allumé une cigarette et en attendant mon rendez-vous, j’ai repris ma lecture du vieux magazine. Comme le train de ce matin entre Casablanca et Oujda, ma bien-aimée Marjana avait presque deux heures de retard. Je me demandais si elle allait venir!

    Depuis belle lurette, je ne me faisais plus d’illusion sur cet amour. J’avais plus de soixante ans et Marjana en avait moins de cinquante.

    L’éclat de ma beauté de jadis à été considérablement atténué. Pour moi, l'art et le plaisir de la séduction c’était un passé lointain.

    Ma bien-aimée Marjana avait autrefois remporté le second prix au concours de beauté à Saïdia. Avec l’expérience acquise depuis, et si elle avait su mieux manœuvrer avec deux ou trois membres du jury, et surtout avec le gouverneur et le pacha de l’époque, comme l’avait fait la gagnante, elle aurait été classée non point seconde, mais première..."